2 novembre 2013 : Cérémonie en hommage aux légionnaires ukrainiens de Peynier – Gilles Dutertre

Samedi 2 Novembre 2013, a eu lieu à Peynier (13790), au Rocher de la Garenne, la traditionnelle cérémonie annuelle en hommage aux légionnaires ukrainiens qui, en 1940, s’étaient engagés dans l’armée française.

A partir des trois partages de la Pologne-Lituanie (1772, 1793 et 1795), la nation ukrainienne est scindée en deux entités distinctes, l’une dépendant de l’empire russe, l’autre de l’empire autrichien. Après la période troublée qui a suivi la Première Guerre mondiale, la révolution bolchevique et une éphémère indépendance (22 Janvier 1918), la partie ex-autrichienne, avec Lviv comme ville principale, est intégrée à la Pologne en 1921, et la partie ex-russe, avec Kyiv comme capitale, est intégrée à l’URSS créée en 1922. L’Ukraine transcarpatique vote son rattachement à la Tchécoslovaquie et la Bucovine le sien à la Roumanie.

Le traité de Versailles faisait obligation à la Pologne de donner une large autonomie à la Galicie peuplée d’Ukrainiens, ce qu’elle ne fera jamais. L’Ukraine soviétique connaîtra, elle, un calvaire sous la dictature stalinienne, avec notamment l’Holodomor, génocide par la faim, en 1932 – 1933. Après l’invasion de la Pologne en Septembre 1939, conformément à l’accord Molotov – Ribbentrop, une République Socialiste Soviétique d’Ukraine sera formée en Août 1940.

Le 15 Septembre 1939, l’Ambassadeur de Pologne en France lance un appel à la mobilisation de tous les ressortissants polonais en France, y compris donc les Ukrainiens possédant un passeport polonais. Ces derniers se retrouvent devant un dilemme : soit refuser leur incorporation dans l’armée polonaise qui occupait leur nation et les traitait en citoyens de seconde zone, soit accepter de la rejoindre en dépit de leur idéal d’indépendance.

Néanmoins, grâce à leur ténacité, les Ukrainiens auront finalement le droit, qui leur était initialement refusé, de s’engager dans la Légion Etrangère. Sur 7 000 dossiers de volontaires, ce sont ainsi 5 000 Ukrainiens aptes au service qui vont participer à la Campagne de France dans les Flandres, sous Sedan, sur la Somme (Mai 1940) et jusque sur la Saône (Juin 1940), laissant sur les champs de bataille des centaines de tués. La dernière résistance « pour l’honneur de l’Armée française » dans la région de Lyon, le 19 Juin 1940, sera même l’œuvre des Légionnaires ukrainiens d’un Bataillon de marche formé à Sathonay.

Depuis le 20 Juin 1940, les légionnaires ukrainiens battent en retraite après les combats pour la prise de Lyon. Ils arrivent le 22 Juin vers midi à Grenoble sans s’y arrêter, de façon à ne pas être pris par l’ennemi.

Après la signature de la convention d’armistice franco-allemande le 22 Juin 1940 à 18H30, dans la Forêt de Compiègne, dans le wagon de l’armistice de 1918, les légionnaires ukrainiens (ils sont approximativement 950), qui étaient alors à Grenoble, rejoignent Aix-en-Provence en train (24 Juin).

Le 27 Juin 1940 au matin, les Ukrainiens partent à pied vers la petite ville de Fuveau (immédiatement à l’est de Gardanne, donc au nord-est de Marseille). Le 8 Juillet, à l’occasion d’une marche vers le village de Peynier (à 8 km à l’est de Fuveau), les Ukrainiens décident de sculpter un Tryzub (Trident, blason de l’Ukraine) sur un rocher, le Rocher de la Garenne, en souvenir du séjour en ces lieux. Les gravures, à la symbolique ukrainienne et légionnaire, ont été vraisemblablement terminées le 16 Juillet 1940 et seraient l’œuvre d’Ivan Kurok.

 

Le 30 Juin 2007, la municipalité de Peynier a inauguré le « Sentier des volontaires ukrainiens » et, le 2 Novembre 2008, la Légion Etrangère a apposé une plaque commémorative au pied du rocher de Peynier, commémorant les volontaires ukrainiens. Depuis, une cérémonie a lieu chaque 2 Novembre à l’initiative de l’ADVULE (Association des Descendants des Volontaires Ukrainiens de la Légion Etrangère).

Etaient présents à la cérémonie du 73éme anniversaire
Monsieur VOZDIGAN consul d’Ukraine à Marseille, Monsieur KHOMENKO vice consul, Monsieur BURLE maire de Peynier accompagné des membres du conseil municipal, Monsieur le Général GUIGNON, le Lieutenant-Colonel BOUCHEZ directeur de l’IILE de Puyloubier, L’A/C Commandant la Gendarmerie de TRETS , Monsieur MAURET représentant la municipalité de Trets, le Père LALLEMAND et la Présidente de l’association ukrainienne Annick BILOBRAN.

Madame MYSKIW, veuve du légionnaire Volodymyr MYSKIW était venue pour un dernier adieu au Rocher accompagnée de sa fille Maria.

 

Saint Jean du Puy

 

Le Rocher de la Garenne

 

 

Le carré  de la Légion à Puyloubier

 

Le repas à IILE de Puyloubier