Le 2 novembre 2017, au Rocher des Ukrainiens, à Peynier (Bouches-du-Rhône)

Commémoration du 77ème anniversaire de l’engagement des Ukrainiens dans la Légion étrangère.

Ce 2 novembre, jour de commémoration des défunts de la Légion étrangère, l’Advule commémore, comme chaque année, depuis 10 ans maintenant, l’anniversaire de l’engagement des Ukrainiens dans la Légion étrangère et dans l’armée française, dès la déclaration de la Seconde guerre mondiale. Cette cérémonie se déroule au pied du Rocher gravé par les légionnaires ukrainiens, dans la Garenne de Peynier (Bouches-du-Rhône), lors de leur démobilisation.

Venus d’une patrie, de tout temps, objet de convoitises de ses voisins proches, les Ukrainiens ont été contraints, tant économiquement que politiquement, à un exil qu’ils espéraient temporaire.

Lorsqu’en 1939 la France se trouva confrontée à la menace hitlérienne,  l’ambassadeur de Pologne en France lance un appel à la mobilisation de tous les ressortissants polonais en France, y compris les Ukrainiens possédant un passeport polonais.

Mais Il a fallu attendre le 4 janvier 1940 pour qu’un accord soit signé entre Daladier, Président du Conseil français et Sikorski, chef des armées polonaises exilé en France. Cela concernait 84 000 hommes. Mais quelques milliers, par leur ténacité, ont obtenu la possibilité de s’engager dans la Légion étrangère et c’est alors qu’ils unirent leur destin à celui de la France. Certains ont été pris  dans l’Armée française.

Les 5000 retenus ont rejoint principalement les 21ème, 22ème et 23ème RMVE (Régiment de Marche des Volontaires Etrangers). Ils ont participé à la Campagne de France dans les Flandres, sous Sedan, sur la Somme (mai 1940) et jusque sur la Saône (juin 1940) laissant sur les champs de bataille des centaines de tués et de nombreux blessés.

On assistera même à la dernière résistance  « pour l’honneur de l’Armée française » dans la région de Lyon, le 19 juin 1940 qui a été l’œuvre des Légionnaires ukrainiens d’un bataillon de marche formé à Sathonay et des Tirailleurs  du 25ème Régiment de Tirailleurs sénégalais, au sein d’un groupement aux ordres du Général de Mesmay.

Le Maréchal Pétain demande un armistice aux Allemands le 17 juin.

Le 19 juin 1940, les Allemands entrent dans Lyon. Toute résistance est inutile. Les légionnaires survivants se replient sur Grenoble.

Depuis le 20 juin, les légionnaires ukrainiens battent en retraite à pied vers Grenoble et le 22 juin 1940 ils apprennent que la convention d’armistice franco-allemande à été signée.

Le 24 juin, un bataillon de 900 Ukrainiens est conduit en train à Aix en Provence.

Le 27 juin, ils partent à pied à Fuveau en espérant être démobilisés.

Le 8 juillet, ils arrivent à Peynier. C’est  en attendant leurs papiers de démobilisation qu’ils gravèrent sur ce Rocher, ce Tryzoub, quelque peu cerné encore, de bleu et jaune.

Ce Rocher reste aujourd’hui le témoin d’une Ukraine qui n’a jamais renoncé à ses légitimes aspirations à la Liberté; il incarne ses idéaux d’indépendance et de fraternité.

Nous pouvons également lire sur un autre rocher, un peu plus haut, ce vers extrait d’un chant révolutionnaire d’Ivan Franko  « Nam pora dlia Oukraïni jit » –il est temps pour nous de vivre pour l’Ukraine-

Après cette démobilisation, certains Ukrainiens reprendront le combat en 1944, en rejoignant la Résistance ou  en s’engageant à nouveau dans la Légion étrangère afin de ne pas être rapatriés de force dans une Ukraine devenue soviétique ; ces Ukrainiens  sont un exemple de la reconnaissance et de l’intégration d’immigrés devenus « fils de France, non pas par le sang reçu mais par le sang versé »

Aujourd’hui, l’ADVULE est reconnaissante à la France pour la lumière et l’espérance qu’elle a placées dans leurs cœurs. Ce sont 150 volontaires Ukrainiens qui sont sortis de l’anonymat et qui ont percé le mystère du Rocher.

Annick Bilobran

Présidente de l’ADVULE

Je remercie les personnalités présentes: Monsieur Burle, maire de Peynier et des membres de son Conseil municipal, Madame Petel, députée de Marseille, Monsieur Féraud, représentant le Conseil départemental des Bouches du Rhône, Madame Flageot, adjointe à la mairie de Rousset et Présidente des Anciens Combattants de Rousset, Monsieur le colonel Oleg Semenikhin, attaché de défense à l’ambassade d’Ukraine, des représentants de la Légion étrangère dont Monsieur le général d’armée Guignon et Monsieur le colonel Bouchez, Messieurs les colonels Noirot, Pierron, Clerc, et d’autres que je n ai pas su mémoriser et bien sûr, tous les porte-drapeaux.

Je remercie chaleureusement les nombreuses familles de nos légionnaires et des amis d’avoir fait le déplacement de si loin pour honorer la mémoire des nôtres : des Ardennes, de l’Oise, de Paris, du Loir et Cher, du Lot et Garonne, de Saône et Loire, du Gard, de Corse et des Bouches du Rhône. Je n’oublie pas de remercier les habitants de Peynier qui gardent une pensée pour ces Ukrainiens et également Monsieur Pons, graveur et restaurateur permanent de nos Rochers.

Saint Jean du Puy

 

 

Le Rocher de la Garenne

  

 

Institution des invalides de la Légion étrangère de Puyloubier